28 avril 2021

Quelle alimentation pour les 0-3 ans ?

Les sens ont un rôle essentiel dans la pédagogie développée par la Docteur Maria Montessori. Les sens permettent aux enfants de s’ancrer dans le monde qui les entoure et de développer leur curiosité, leur intelligence et leur appréhension de leur environnement. Ces impressions sensorielles leur permettent également de développer et construire leur cerveau. 

L’alimentation dans la méthode Montessori

L’un de ces 5 sens, le goût, a un rôle capital dans le développement de l’enfant. L’alimentation est donc au cœur de l’éducation du plus petit. 

Maria Montessori donne une grande importance au fait de faire confiance à l’enfant dans sa capacité à s’auto-réguler. De cette manière, elle conseille de laisser l’enfant décider par lui-même de la faim et de la satiété. Quand il aura l’âge de le faire, on l’encouragera à se servir sa portion dans son assiette. Il émettra souvent par lui-même l’envie de manger seul.

Afin de faire respecter un certain sens de l’ordre et de la propreté, de nombreuses astuces existent. Les bavoirs, les assiettes à ventouses, les chaises hautes adaptées, les bons couverts… On fera d’ailleurs tout pour que l’enfant n’ait aucune difficulté à se nourrir seul et soit fier de ses capacités. 

Comme le disait Maria Montessori, « Sacrifions la propreté à son élan légitime vers l’activité ».

Par ailleurs, comme déjà expliqué sur ce blog, il est essentiel d’inclure l’enfant dans la préparation des repas. En s’adaptant à son âge, on pourra lui proposer de laver ou couper des fruits et légumes, de mélanger les préparations, de mettre la table, verser les plats, assaisonner, etc. Il progressera ainsi au niveau de l’autonomie. 

Le repas est également un repas très important pour se rassembler, échanger et inclure l’enfant dans le quotidien de la maison. Dans le cas d’un nouveau-né, c’est également le moment où il tissera de vrais liens avec l’adulte qui le nourrit. Contre le corps de sa mère ou son père, il sentira son corps, entendra son coeur, etc. 

Le repas est aussi avant tout un moment où l’enfant va pouvoir nourrir son corps et son cerveau. Il est donc essentiel de se renseigner sur la bonne alimentation à fournir à son enfant afin qu’il puisse grandir et s’épanouir en pleine forme. En effet, une alimentation saine enfant aura un réel impact sur sa santé et ses habitudes encore à l’âge adulte. 

Les recommandations HCSP

Les recommandations nutritionnelles concernant entre autres les enfants de 0 à 3 ans sont données par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP). De fait, l’alimentation est essentielle pour la santé de l’enfant, notamment pour sa croissance. Pour résumer ces recommandations : 

Jusqu’à 4 mois : que du lait

Les nouveaux-nés présentent une immaturité physique et psychique et leur environnement nutritionnel peut influencer leur développement et leur santé sur le long terme. Le lait, maternel de préférence, ou adapté au 1er âge devra être la seule nourriture de l’enfant pendant les 4 à 6 premiers mois. 

Il est essentiel pendant cette période de reconnaître les signaux de faim et de satiété de l’enfant afin de préserver ses capacités d’auto-régulation. 

Comme mentionné plus haut, respecter l’auto-régulation de l’enfant lui permettra d’être lui-même à l’écoute de son corps et de ses besoins sur le long terme. 

 Entre 4 et 12 mois : on diversifie !

La diversification alimentaire est une étape essentielle dans l’alimentation de l’enfant. Elle démarrera après ses 4 mois et avant ses 6 mois afin notamment de réduire les risques d’infections, d’intolérances et allergies alimentaires ou encore d’obésité. Il faudra introduire chaque élément dans un ordre et un rythme particulier, de façon variée. 

On introduira notamment les produits laitiers, les fruits et légumes, céréales, légumineuses, viandes, poissons, œufs et matières grasses en veillant à les choisir de la plus haute qualité, biologique si possible et de saison. Il faudra éviter au maximum de proposer des produits transformés, trop sucrés, gras ou salés à son enfant. 

On ne bannit aucun allergènes 

En effet, l’HCSP encourage plutôt d’introduire rapidement les allergènes alimentaires majeurs comme les arachides, les œufs ou les produits laitiers. Il est cependant déconseillé de proposer de boisson végétale, même enrichie en calcium, en remplacement de lait 2ème âge aux moins de 12 mois. 

On est vigilant sur les textures

Pour les textures, on mixera les aliments entre 6 et 8 mois. Vers 8 mois, on pourra commencer à lui proposer des petits morceaux mous puis de plus en plus durs dès ses 10 mois. 

De 12 à 36 mois, on inculque les bonnes habitudes !

Autour de ses 2 et 3 ans, l’enfant peut commencer à s’alimenter comme le reste de sa famille. C’est donc le moment essentiel de lui donner de bonnes habitudes, notamment limiter sa consommation de produits transformés, de produits trop sucrés (on évite les bonbons, gâteaux, boissons sucrés, céréales du matin trop sucrées, etc), charcuteries, sel, etc. Dès ses 1 ans, l’enfant pourra manger à heures fixes et on l’encouragera à éviter les grignotages en dehors des repas. 

On fait attention à certains aliments

Plusieurs risques existent pour les moins de 3 ans :

  • L’étouffement s’ils avalent d’un coup certains aliments durs et/ou ronds comme les tomates cerises, noisettes, grains de raisin, arachides
  • Le nickel présent dans le chocolat est déconseillé aux bébés
  • Les boissons riches en caféine : café, thé, sodas caféinés, boissons énergisantes
  • Le miel, surtout avant 1 an, à cause du risque microbiologique
  • Les aliments avec édulcorant
  • Le soja, à cause de sa teneur en oestrogène
  • Les aliments crus à risques microbiens : viande, lait, fromage, oeufs, poissons
  • La supplémentation si elle n’est pas prescrite

Tous ces principes sont appliqués dans nos crèches NeoKids où une grande importance est placée sur la bonne alimentation des tout-petits.