1 février 2021

La vie pratique pour les plus petits

Maria Montessori, Docteur en médecine, a développé le matériel Montessori en fonction des phases de développement du cerveau des plus petits. Après avoir travaillé la motricité fine avec différents exercices de pinces par exemple, autour de 15 mois la main de l’enfant est un outil qui fonctionne. Il va alors être capable de copier et imiter les activités des adultes. D’ailleurs, l’enfant va avoir très envie de faire comme et avec l’adulte tout au long de la journée. 

À la découverte du monde

Dans cette nouvelle étape de développement, l’objectif pour l’enfant est de maîtriser son environnement. Il aura d’ailleurs une détermination, une curiosité et une énergie inégalées pour conquérir ce monde qui l’entoure. 

Avec la maîtrise de la main, l’enfant va pouvoir commencer les activités de vie pratique. On pourra alors lui donner davantage de liberté d’action tout en faisant attention de surveiller ses mouvements. Ça n’est pas forcément une tâche aisée. 

Durant cette période, les plus petits ne travaillent pas forcément pour un but ou un objectif mais par curiosité et car ces activités demandent de plus en plus de contrôle de la main. Elles vont également permettre le développement de la boucle main – cerveau – main. Ils se lanceront d’ailleurs dans ses activités sans jamais donner l’impression d’en avoir assez. 

Ces activités de vie pratique vont amener l’enfant de 15 mois au maximum de son auto-construction et de son autonomie. Elles vont lui permettre de construire son intelligence, d’approfondir sa concentration et lui donner une nouvelle appréciation de ses capacités qui ne font que grandir. 

La vie pratique va également donner à l’enfant l’occasion de rester concentré sur une activité et de garder une attention soutenue sur ses tâches. 

Les conditions idéales

Afin d’optimiser l’efficacité et l’intérêt de ses activités, l’idéal est de mettre en place un environnement positif, qui limite les distractions et qui puisse être surveillé par un adulte aimant et formé. Dans une micro-crèche NeoKids ou à la maison, ces lieux sont très propices à la réussite de ces activités. Ils sont calmes, non chaotiques et permettent aux plus petits de rester calme, concentré et centré sur une seule activité. 

Chaque activité devra avoir un début et une fin. Les enfants apprécient que les exercices soient complets. Ces cycles aideront l’enfant en le préparant indirectement à des activités futures. Elles approfondissent sa concentration et développent sa personnalité et sa patience. 

Pour débuter, l’adulte pourra juste prendre le réflexe de faire de l’enfant son compagnon quotidien des tâches simples de la vie quotidienne. C’est la meilleure manière de respecter l’enfant dans son besoin de faire comme l’adulte, selon ses intérêts et ses capacités. Parmi ces activités, on peut par exemple laver le linge, faire la vaisselle, lacer ses chaussures, faire des bouquets, ranger les courses, mettre la table, faire le lit, plier du linge, passer le balais, etc. 

Le matériel

Il est essentiel que les exercices de vie pratique utilisent du matériel réel (et non des jouets ou imitations) que l’enfant voit manipulé par l’adulte dans son quotidien. Il est important de d’abord structurer l’activité avant de commencer et de prendre le temps de bien mettre en place toutes les étapes de l’exercice. 

Chaque étape devra être répétée autant de fois que nécessaire afin que l’enfant maîtrise bien l’apprentissage de chaque activité. De même, chaque nouvelle activité devra être introduite tranquillement à l’enfant. 

Ces activités, présentées toujours de la même manière à l’enfant, bien pensées et structurées, l’aideront à développer sa logique, son sens de l’organisation et lui permettront de devenir conscient du résultat de ses actions. 

On pensera bien à donner à chaque enfant du matériel adapté, d’une taille convenable (petit et pas trop lourd) afin de rendre les activités possibles. On rangera également le matériel de manière ordonnée et simple, en ordre d’utilisation de gauche à droite. L’enfant incorporera cet ordre mentalement et cela deviendra naturel dans sa façon de penser. On découpera l’activité en petites étapes faciles à réaliser et comprendre afin de rendre le processus logique pour l’enfant. Il est intéressant de commencer par répéter l’activité pour soi afin d’y trouver les difficultés. Cela permet d’appréhender les différents gestes à effectuer, alors qu’on a en général l’habitude de les effectuer machinalement. Rituel, routine, séquence, organisation, pensée logique devront être le mot d’ordre de chacune des activités de vie pratique à la maison ou en crèche. Cela deviendra finalement naturel pour l’enfant et il prendra l’habitude de chercher cet ordre partout dans le monde. 

Une fois les détails de l’activité réfléchis, le plateau organisé et l’activité répétée, le cycle pourra être construit pour l’enfant. 

Présentation du matériel

Pour présenter l’exercice, il est conseillé d’introduire une activité et de se concentrer dessus plusieurs semaines jusqu’à ce qu’elle soit intégrée au rythme et à la routine de la journée. Les exercices pourront être présentés graduellement, les uns après les autres, au fur et à mesure du développement de l’enfant et de la compréhension de ce qu’il est capable de faire. 

Il est conseillé de présenter chaque exercice très lentement, avec méthode et en faisant des petites pauses à chaque étape. Bien que l’enfant ait envie de tout imiter très vite, il n’est en général pas encore prêt. Il va alors pouvoir se reposer sur l’habitude et la répétition. Lui montrer les exercices de la même manière et dans le même ordre va l’aider à le mémoriser. 

Une fois l’exercice présenté, c’est au tour de l’enfant de s’y essayer. Vous pourrez alors observer ce qu’il fait et l’aider si besoin. Le langage est alors très important à cet âge-là. Il est essentiel de bien verbaliser vos actions afin d’attirer son attention. L’enfant sera plus intéressé par le point d’intérêt de l’activité et son processus que par le but final de l’exercice. Le point d’intérêt aidera l’enfant à clarifier le challenge de l’exercice, par exemple le dernier grain de riz à transvaser, les dernières miettes qui restent sur la table, etc. Ce point d’intérêt permettra également à l’enfant de développer sa concentration. 

L’adulte quant à lui, ne devra pas précipiter ses explication. Il devra être patient, ne pas pousser l’enfant et donner le juste nécessaire pour l’encourager à travailler son perfectionnement à son rythme. 

La concentration

Généralement l’enfant avant 2 ans et demi n’arrive pas forcément à attendre la fin d’une présentation. S’il perd son attention, vous pouvez guider ses mains afin de l’impliquer, l’éveiller et le faire participer. Autour de 3 ans, il aura développé davantage sa volonté et pourra donc être plus patient. Lui expliquer clairement que ça sera bientôt son tour pourra également aider un enfant de 2 ans à développer son attention. Bien évidemment, on ne lui demande pas d’être adroit et d’y arriver du premier coup. Il faut lui permettre de s’entraîner. 

Lorsqu’un enfant utilise le matériel avec concentration, il est essentiel de ne pas l’arrêter ou l’interrompre au milieu même si vous êtes tentés de commenter, de le féliciter ou de l’encourager. La concentration de l’enfant est encore fragile, il est important de ne pas le déranger pendant son activité.
Il est également recommandé de faire attention aux signaux de fatigue de l’enfant qui ne saura les communiquer verbalement.