2 mars 2021

Le sommeil des bébés dans la pédagogie Montessori

Le sommeil est central dans la santé des enfants. Il est essentiel au développement cérébral de l’enfant, il régule de nombreuses hormones comme celle de croissance, celle du stress ou encore celle qui régule l’appétit, améliore la concentration et est associé à un meilleur système immunitaire.

Depuis la naissance de l’enfant, le rôle des parents est de lui apprendre à s’endormir et à dormir seul. Cette préparation sera indispensable pour bien dormir toute la vie.

Les lits au sol

Les crèches NeoKids, inspirées de la pédagogie Montessori, mettent un point d’honneur à respecter la vision de Maria Montessori sur le sommeil des plus petits. En effet, la Docteur à l’origine de cette pédagogie en parle dans son livre L’enfant et énonce notamment l’importance des lits au sol.

Maria Montessori dit à ce sujet : “Le lit des enfants qui savent déjà se mouvoir seuls est une hérésie. Différent du berceau qui a sa beauté  et moelleux, différent du lit des grandes personnes fait pour s’étendre commodément et dormir, ce qu’on appelle le lit d’enfant est la première prison qu’offre la famille à ces êtres qui luttent pour leur existence intellectuelle. La haute cage de fer (quoiqu’elles sont plus en bois de nos jours) dans laquelle les parents les font descendre pour trouver le gîte forcé est à la fois une réalité et un symbole. Les enfants sont les prisonniers d’une civilisation construite exclusivement par l’adulte pour le bien de l’adulte, qui se resserre toujours davantage, ne laissant à la liberté de l’enfant qu’un espace progressivement réduit. Le lit de l’enfant est une cage surélevée afin que l’adulte puisse manier l’enfant sans avoir le mal de se baisser ; il peut ainsi ainsi abandonner cet être qui, sans doute, va pleurer, mais ne se blessera pas.”

Chacune des crèches NeoKids propose aux plus petits de dormir sur lits au sol, sans barreau, mais avec des limites sécurisantes. L’enfant pourra ainsi chercher le contact des parois du lui, ce qui lui rappellera la sensation de cocon de l’utérus de sa mère. Ce lit permettra également au bébé de pouvoir observer son environnement. Il sera à privilégier à partir de la marche assurée de l’enfant. Il lui pourra ainsi être libre d’en entrer ou en sortir.

« Le sommeil n’est pas réglé sur une horloge »

Maria Montessori est également convaincue que le sommeil n’est pas réglé sur une horloge. D’après ses mots : “Personne ne doute que le sommeil ne soit utile. Mais l’enfant est un être capable d’observation. Ce n’est pas un dormeur par nature. Il a besoin d’un temps de sommeil normal et, sans doute, devons-nous le seconder scrupuleusement dans ce besoin. Il faut pourtant distinguer le sommeil normal de l’enfant du sommeil artificiel que nous provoquons chez lui.”

En effet, pour Maria Montessori, il est indispensable de faire confiance au nourrisson dans sa capacité à réguler son sommeil. Il est donc important pour les parents et le personnel de crèche de ne pas paniquer et vouloir lui imposer son rythme. On n’a pas besoin de réveiller le bébé ni de le forcer à dormir.

Si l’on doit sortir avec le bébé, on peut utiliser un topponcino pour le transporter sans le réveiller. On peut également penser au nid d’ange qui permettra à l’enfant de ne pas avoir le sentiment d’être touché ou bougé.

Après les premières semaines, nous n’avons pas besoin de nous précipiter au moindre bruit. Très fréquemment, l’enfant peut râler un petit peu au moment de s’endormir puis retomber aussi vite dans son sommeil. S’il ne se rendort pas immédiatement, il aura alors du temps pour lui, pour rester éveillé et explorer le monde autour de lui. S’il a un mobile au-dessus de lui, il pourra notamment l’observer au réveil.

Jour / Nuit

Il est cependant tout de même important de distinguer le jour et la nuit pour l’enfant. On pourra ainsi créer deux ambiances distinctes. La nuit, on privilégiera le noir et le calme. On pourra utiliser une veilleuse ou une lumière douce si on doit changer l’enfant ou le nourrir. Le jour, on choisira plutôt une pénombre pour la sieste. Si elle commence à trop durer et qu’elle pourra entraver le sommeil le soir de l’enfant, on pourra stimuler son réveil en ouvrant les rideaux et en bougeant à côté de lui. Il est utile de savoir qu’il faut éviter de porter un nourrisson la nuit. Ceci pourrait le sur-stimuler et l’empêcher de se relaxer dans le sommeil. On peut cependant mettre doucement la main sur son ventre ou dos pour le rassurer ou le mettre contre sa poitrine afin qu’il puisse entendre la respiration et les battements de son cœur.

Quand le bébé grandit, il devient alors essentiel de mettre en place une routine et un rituel. Plus il respectera cette routine et ces rituels dans ses trois premières années, plus il sera habitué et en paix avec son rythme quotidien. En effet, avant 3 ans l’enfant est dans sa période sensible de l’ordre. Il appréciera de ce fait la possibilité d’avoir une routine bien établie. En lui permettant de maîtriser ce qu’il va se passer après son rituel, l’enfant va développer son sens de la sécurité et sa confiance dans le monde. Les rituels ne doivent cependant pas devenir une dépendance, on évite donc d’habituer l’enfant aux mêmes choses tous les soirs et on préfère plutôt l’alternance entre comptines, histoires, doudous, etc.

Comme pour un adulte, la période avant d’aller au lit doit être apaisante, calme, relaxante, l’enfant ayant besoin de se préparer à l’endormissement.