18 décembre 2020

Montessori chez les tout petits : de la marche aux 3 ans

Comme vu dans l’article précédent, la pédagogie Montessori met un accent très important sur les premières années des enfants. De 0 à 3 ans, beaucoup de choses se développent dans le cerveau de l’enfant, notamment autour de ses sens, de sa motricité ou encore de sa vision du monde.

De sa naissance à la marche, le bébé est encore complètement dépendant de ses parents ou des adultes qui l’entourent. Il a besoin d’eux pour qu’on lui propose des activités, qu’on le sollicite ou l’éveil.

Il marche !

À partir de la marche, l’enfant peut accéder par lui-même à son matériel et ses activités. De ce fait, l’environnement de l’enfant doit toujours rester rangé, propre et ordonné. Chaque chose doit avoir une place précise et doit accompagner l’enfant dans son éveil, sans freiner son développement. Voici 4 exemples d’éléments à mettre à disposition du petit.

  • Des boîtes de permanence de l’objet et de mise en paires, essentielles pour participer à développer sa dextérité et son intelligence.
  • Des livres proposés en permanence et mis à sa disposition, en libre service, pour susciter sa curiosité et développer son vocabulaire. Dans chaque micro-crèche Montessori NeoKids, par exemple, une petite bibliothèque avec des livres liés à la saison en cours sont à disposition des enfants.
  • Des premiers exercices de vie pratique présentés pour permettre à l’enfant d’améliorer sa motricité, de développer sa concentration et de l’amener vers l’autonomie.
  • Du grand matériel, comme celui inspiré des recherches de Pikler, notamment la barre de brachiation ou encore le petit chariot présent dans chaque micro-crèche Montessori NeoKids, pour l’aider à acquérir la marche à son rythme.

Comme toujours, il est fondamental que l’adulte fasse confiance à l’enfant et sache qu’en mettant à sa disposition un environnement préparé en étant lui-même un observateur et un guide, l’enfant pourra ainsi s’épanouir à son rythme en fonction de ses capacités et de sa personnalité.

Pendant toute cette période, le parent ou l’accompagnateur observe au maximum l’enfant afin de faire évoluer son environnement au fur et à mesure qu’il grandit. Il peut lui parler régulièrement, en le regardant dans les yeux, et en écoutant ses sons. Le tout petit apprécie communiquer avec son entourage. Il doit se sentir entendu, considéré et comme faisant partie intégrante de la famille, la collectivité et l’ambiance générale. Les routines vont aussi être essentielles pour lui donner un sentiment de sécurité.

Tout comme l’adulte

Au fur et à mesure que l’enfant grandit et s’éveille, il voudra devenir le partenaire de l’adulte. Ainsi, il voudra l’accompagner dans toutes les tâches de sa vie quotidienne comme la cuisine, le jardinage, le ménage, etc. Pour Maria Montessori, ce qui manque aux adultes “n’est pas le temps, c’est la patience”. En effet, le parent ou accompagnateur doit accepter qu’à partir de 18 mois, l’enfant aura à souhait de l’accompagner partout. Il est donc très important d’inclure au maximum l’enfant en veillant à ne pas le mettre en échec.

Il faut permettre à l’enfant d’être acteur de ses tâches, en les décomposant en une succession d’actions qu’il pourra faire seul. Par exemple : sortir l’éponge, la mettre sous l’eau, la frotter contre du savon, nettoyer l’assiette, la rincer, sécher avec un torchon, etc. L’enfant a besoin de sentir que l’adulte lui fait confiance et qu’il est capable de réaliser la tâche de l’adulte. Dans les micro-crèches Montessori NeoKids, l’enfant est ainsi responsabilisé dès son plus jeune âge. L’adulte va jusqu’à lui confier la vaisselle la plus fragile : assiettes en porcelaine, mugs en verre, etc. Le parent ou accompagnateur doit montrer à l’enfant comment faire attention et prendre ses précautions. Celui-ci sera alors très vigilant et aura toujours à coeur de faire le mieux possible.

Un environnement adapté

Il est d’ailleurs très important de proposer des meubles à sa taille, et si cela n’est pas possible d’adapter l’environnement pour que le bébé puisse participer. Des objets tels que des tabourets avec barrières sur lequel l’enfant peut monter peuvent lui permettre de cuisiner à hauteur de l’adulte, par exemple. On peut également construire un petit meuble avec une bassine et un miroir afin qu’il puisse se laver les mains et se brosser les dents seuls. On peut également fixer un porte manteau à sa hauteur afin qu’il puisse se vêtir et se déshabiller en toute autonomie.

Finalement, il est important pour l’enfant d’évoluer dans un environnement esthétique, calme et paisible pour à son tour reproduire un état d’esprit et une attitude posée et sereine. Ces trois premières années de vie sont si essentielles pour le bébé que tout doit être réfléchi et pensé par les adultes qui s’occupent de lui.

L’influence de l’adulte

“Ce qui enchante un enfant, c’est le bonheur dans lequel il baigne. Si vous souhaitez son bien-être, travaillez à vous rendre heureux” disait Boris Cyrulnik.

En effet, il est essentiel que le parent ou l’accompagnateur fasse un travail personnel afin d’être apaisé, calme, patient, positif. C’est ainsi que l’enfant démarrera sa vie avec des bases solides. Faire confiance au bébé et l’accompagner dans son éveil et son développement permettent de développer des relations idéales entre l’adulte et lui. Il se sent compris, considéré, respecté et pourra ainsi montrer sa volonté, son envie de bien faire, sa gentillesse. Il pourra également ainsi développer des bases solides de confiance en lui, d’autonomie et de créativité.

L’ambiance dans laquelle grandit et évolue l’enfant de sa marche à ses 3 ans n’a d’ailleurs que ce but : développer son autonomie, qui à son tour lui permettra de développer sa confiance en lui. Plus il fera seul, plus il sera fier de lui et pourra de nouveau prendre des initiatives avec confiance et volonté. Il se sentira considéré dans ce monde et pourra donc développer son individualité. De cette manière, l’enfant sera en mesure de réussir sans l’adulte et de devenir un adulte heureux et confiant.