29 mars 2021

Pourquoi la punition est inefficace et comment la remplacer ?

Dans les micro-crèches NeoKids, la pédagogie est inspirée de celle développée par la Docteur Maria Montessori. Parmi ses préceptes, Maria Montessori est formellement opposée à la punition. En effet, pour elle, punir est inefficace et contre-productif. 

D’après ses mots, “n’est pas discipliné un individu rendu artificiellement silencieux et immobile comme un paralytique. Nous appelons discipliné un individu qui est maître de lui […]. L’enfant qui apprend à se mouvoir habilement et à se contenir ne se prépare pas seulement à l’école, mais à la vie.” 

Pourquoi la punition est inefficace ?

Il est important de différencier discipline et punition. Pour Maria Montessori la punition n’est pas efficace pour de nombreuses raison.

La punition ne s’attaque pas à la cause

De fait, une colère ou un épisode de tristesse d’un enfant cache toujours quelque chose de plus important. Si votre enfant pleure sans arrêt avant d’aller à la crèche, il est essentiel de comprendre pourquoi. Plutôt que de le menacer ou décider de le sanctionner, il sera bien plus utile de tenter de comprendre ce qu’il se passe derrière ce refus. À partir du moment où votre enfant pourra parler, il est essentiel de mettre en place l’écoute active et de le questionner sans jugement afin de comprendre la source du problème.
Par ailleurs, le cerveau d’un bébé n’est pas suffisamment développé pour qu’il sache “gérer” ses émotions. En effet, un enfant en bas âge peut ne pas savoir se comporter s’il est trop stimulé, s’il a faim, s’il a mal, s’il est fatigué, frustré, dans la colère, ou la tristesse. Les caprices d’un enfant n’existent pas, en général une crise d’un enfant s’explique toujours et il est essentiel de comprendre ce qui se cache derrière ce comportement afin de résoudre le problème. 

La punition n’est pas responsabilisante pour l’enfant

En effet, lorsque l’on punit un enfant sans lui demander de réfléchir à son action et de comprendre pourquoi elle n’est pas positive, déresponsabilise totalement l’enfant. Le système punitions/récompenses n’est finalement pas efficace car il fait perdre le sens de responsabilité des enfants. Ils finissent par se conformer à un référentiel externe des adultes plutôt que de s’auto-discipliner. Apprendre à l’enfant à accepter ses erreurs et à trouver par eux-même la solution au problème est beaucoup plus responsabilisant et positif sur le long terme. Cela permettra également aux enfants de ne pas diaboliser l’échec, qu’ils ré-expérimenteront de nombreuses fois dans leur vie. 

La punition humilie l’enfant et ne l’encourage pas à progresser

La punition lorsqu’elle est faite en public normalement n’aide pas l’enfant à se responsabiliser. Lui donner une fessée ou lui crier dessus l’humiliera et ne lui donnera pas envie de coopérer. Au contraire, cette humiliation lui donnera envie de rester dans le conflit et ne lui donnera pas l’impression d’être compris. Elle crée un sentiment d’incompréhension et d’injustice. Vous avez d’ailleurs déjà dû le remarquer sur vous même ou auprès d’enfants que vous avez fréquentés, la punition crée soit une envie de recommencer par peur de la punition mais non pas pour soi-même, soit un désir de rébellion et de crise encore plus importante afin de chercher la limite de l’adulte, soit une perte de confiance et d’estime de soi soit finalement un fort sentiment de rancoeur et d’injustice contre les parents. 

La punition est improductive sur le long terme

En effet, il a été prouvé que la punition finit par dégrader les relations parents-enfants mais également la confiance en soi des enfants sur le long terme. À cause du sentiment de rébellion qu’elle entraîne, la punition peut créer du ressentiment de l’enfant pour l’adulte. Elle peut également altérer sur le long terme la confiance en lui de l’enfant, se sentant incompris. La relation parent/enfant est également très fréquemment dégradée, les enfants en concluant souvent qu’ils ne sont pas aimés de leurs parents. L’autorité de l’adulte peut également s’en trouver totalement altérée. 

De nombreuses solutions existent pour éviter la punition

  • Se souvenir que les enfants sont des enfants et que certaines de leurs crises traduisent autre chose
  • Mettre en place une discipline intentionnelle en enseignant les bons comportements à l’enfant plutôt que de le punir. Si les règles sont bien enseignées et claires, l’enfant les comprendra mieux
  • Arranger son espace afin d’éviter les “erreurs” de l’enfant, éviter qu’il touche ou ne casse des objets précieux, par exemple
  • Comprendre les périodes sensibles de l’enfant. Celles-ci sont essentielles et permettent très souvent de comprendre et d’interpréter certaines frustrations de l’enfant. 
  • Exprimer clairement ses attentes : “je te demande de te laver les dents”, par exemple. Le dire plusieurs fois calmement et expliquer pourquoi
  • Donner l’opportunité à l’enfant de trouver une solution, lui exposer clairement le problème et lui demander de réfléchir à une manière de le réparer
  • Proposer à l’enfant de nombreuses alternatives et choix fermés. Par exemple, “je ne veux pas que l’on dessine sur les murs du salon, par contre on peut dessiner sur une ardoise dans la chambre”
  • Faire confiance à l’enfant et lui montrer. Prendre du recul sur ses erreurs est également essentiel. 
  • Prendre soin de soi et se reposer afin de ne pas perdre patience sur les plus petits.